MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

MJCF Paris

MJCF Paris

Contre toutes les tentatives de division : unité du mouvement contre la loi Travail !

 
 
 

Un mois après la première journée de mobilisation contre la loi Travail, pendant laquelle des dizaines de milliers de lycéens, étudiants et travailleurs étaient descendus dans la rue pour manifester, nous constatons que le gouvernement tente de diviser le mouvement en proposant aux organisations syndicales des étudiants et lycéens des mesures favorables aux jeunes.

Ces mesures, aussi salutaires qu’elles puissent-être, ne sont en rien satisfaisantes et ne répondent pas à l’exigence portée par la majorité des jeunes et salariés de ce pays, à savoir le retrait total de la loi El-Khomri. Nous continuerons donc de nous mobiliser auprès de la jeunesse de France, des syndicats lycéens et étudiants, et nous appelons toutes celles et ceux qui  se mobilisent contre cette loi à ne pas céder à cette vaine tentative du gouvernement, mais au contraire à s'en servir comme tremplin pour élargir le mouvement.

L’avenir de la mobilisation, et sa capacité, au delà de la victoire et du retrait de la loi travail, à porter des projets de progrès social, tiennent à son unité et à son potentiel de rassemblement. Le mouvement lancé il y a plus d’un mois est aujourd’hui en mesure de porter des projets alternatifs, comme en témoigne le succès des « Nuits debout » partout en France, où des rassemblements s’organisent spontanément pour mener des débats qui dépassent de loin la lutte contre la loi Travail, et font appel à la créativité et à l’expérience de toutes et tous dans une perspective de rassemblement. Toute tentative de division du mouvement sera nuisible à nos revendications, et ceux qui divisent doivent être vus comme ce qu’ils sont : des alliés objectifs du patronat. Nous refusons toute dérive qui consisterait à négocier avec le gouvernement des mesures favorables aux jeunes en échange d’un abandon de la lutte contre la loi travail car cela tend à diviser les salariés et les étudiants, alors que c’est la conscience d’intérêts de classe communs qui nous rassemble. Nous refusons également de voir le mouvement se marginaliser dans une dérive sectaire portée par les partisans d’une régression « autonomiste » compulsive : les syndicats, mouvements politiques de jeunesse, partis et associations engagées pour le retrait de la loi travail ont toute leur place dans la mobilisation. Les Jeunes Communistes de Paris entendent bien rester une force de proposition et de mobilisation, et continuer à apporter leur aide à tous les lycéens, étudiants et jeunes travailleurs en lutte, comme nous l’avons fait jusqu’ici. Le rôle de notre mouvement politique étant notamment de proposer aux jeunes de notre pays un cadre pour s’organiser dans la perspective d’une transformation sociale révolutionnaire, nous refusons de céder aux pressions de groupuscules qui n’ont pour objectif que la division du mouvement et sa marginalisation. Nous sommes déterminés à continuer à  œuvrer à un rassemblement plus large, et à porter des revendications fortes pour l’avenir des jeunes et des travailleurs de ce pays !

Avec comme horizon à court terme les dates du 28 Avril et du 1er Mai, nous continuerons à aller à la rencontre des jeunes parisiens sur leurs lieux de vie, de travail et d’étude, à informer sur la loi et appeler à participer aux manifestations, pour faire de ces journées de mobilisation de grandes réussites !

 

 

Contre toutes les tentatives de division : unité du mouvement contre la loi Travail !